Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Legiblog, le droit des blogs.
  • Contact

Articles Récents

29 mai 2006 1 29 /05 /mai /2006 13:56

Le « Happy Slapping », en terme français cela pourrait se traduire par « Joyeuses baffes ». Le but est que certaines personnes frappent violemment un inconnu dans la rue, dans le métro, dans le bus ou tous autres lieux publics, et que d’autres filment tranquillement avec leur portable de nouvelle génération, la scène.

 La vidéo « drôle » (alors qu’il n’y a rien de drôle, c’est de la violence gratuite…) est ensuite montrée à leurs camarades et principalement diffusée sur Internet. Les vidéos qui sont diffusées sur Internet montrent des agressions physiques sur des personnes comme par exemple une gifle donnée dans un lieu public, mais on peut également voir des agressions sexuelles, des viols et même des meurtres !!!
       
        Plusieurs condamnations peuvent être prises par les auteurs et les « caméramans » de cette pratique.
        Le principe est énoncé dans le Code Civil à l’article 9 « Chacun à droit au respect de sa vie privée. »
 

Concernant les auteurs de l’acte. Ils risquent de grave condamnation pénale par rapport à l’acte qu’ils ont commis. Les peines seront donc plus ou moins élevées du fait de l’importance des faits.



Comme par exemple l’article 222-7 du Code Pénal qui énonce « Les violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner sont punies de 15 ans de réclusion criminelle. »

 

L’article 222-9 du Code Pénal énonce « Les violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente sont punies de 10 ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende. »

 

L’article 222-11 du Code Pénal énonce « Les violences ayant entraîné une incapacité totale de travail pendant plus de huit jours sont punies de 3 ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. »

 

L'infraction définie par l'article 222-11 est punie de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende lorsqu'elle est commise sur différentes personnes et notamment sur un mineur de 15 ans … Par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice dans un moyen de transport collectif de voyageurs ou dans un lieu destiné à l'accès à un moyen de transport collectif de voyageurs. Egalement punie lorsque les faits sont commis à l'intérieur d'un établissement scolaire ou éducatif, ou, à l'occasion des entrées ou des sorties des élèves, aux abords d'un tel établissement …

 

Le viol est également très sévèrement condamné. Le terme « viol » est défini dans l’article 222-23 du code Pénal : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol.
   Le viol est puni de 15 ans de réclusion criminelle. »

 
Etc […]
 

            Concernant les « caméramans ». Ils risquent également de grave condamnation.

L’article 226-1 du code Pénal défini des atteintes à la vie comme le fait, au moyen d’un procédé quelconque, de volontairement porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui

-          en fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l’image d’une personne se trouvant dans un lieu privé.

 
Cette atteinte est punie d’1 an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende.
 

Il s’agit là d’un article concernant la voie privé, l’article suivant (226-2) énonce le principe sur la voie public. « Est puni des mêmes peines le fait de conserver, porter ou laisser porter à la connaissance du public ou d'un tiers ou d'utiliser de quelque manière que ce soit tout enregistrement ou document obtenu à l'aide de l'un des actes prévus par l'article 226-1. »

 

Le caméraman utilise généralement son portable de nouvelle génération pouvant capter des images en mouvement, et conçoit donc des vidéos de personnes qui sont en situation de danger. La ou les personnes qui filment la scène sont en situation de non assistance en personne en danger.

 

L’article Article 223-6 énonce que quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers un crime, soit un délit contre l’intégrité corporelle de la personne s’abstient volontairement de le faire est puni de 5 ans et de 75 000 euros d’amende.

 

            La loi du 29 Juillet 1881 dite « Loi sur la Liberté de la Presse » également réprime ce type d’agression, dans l’article 23 on y trouve « Seront punis comme complices d'une action qualifiée crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, soit par des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l'écrit, de la parole ou de l'image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, soit par des placards ou des affiches exposés au regard du public, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique, auront directement provoqué l'auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d'effet. »

 
            En Grande Bretagne où se phénomène a explosé, certains directeurs de collèges ont interdit l’utilisation du téléphone portable dans leurs enceintes. Est-ce qu’un jour, nos collégiens français auront-ils droit à cette interdiction ?

Partager cet article

Repost 0
Published by francois - dans Société
commenter cet article

commentaires

Evariste Galois 20/06/2006 17:27

malheureusement quand une mode commence a arriver jusqu'au tribunal c'est qu'il est trop tard : La barbarie a déja gangréné la société.c'est certainement hors sujet mon propos, mais je ne comprends pas la raison de ces vidéos. Les auteurs ne gagnent rien ( ce serait meme l'inverse), les "spectateurs" ne rigolent pas puisqu'ils peuvent se dire qu'un jour ce sera d'eux qu'on rira, et les victimes souffrent de l'image que les bourreaux leur imposent et des eventuels rires. Pourquoi les gens tournent ils ces films...? L'homme en se civilisant s'éloigne t il tant que çà de l'animal?

peripherique 26/05/2006 02:07

à mon epoque on mettait déjà le feu à des clodos, mais on ne filmais pas